Facebook vaut-il vraiment 70 milliards ?

facebook

Valorisé à 70 milliards de dollars en août 2011 et avec plus de 700 millions d’utilisateurs revendiqués, Facebook n’en finit plus de faire fantasmer les investisseurs. Plus 56% entre octobre 2010 et janvier 2011, plus 40% entre janvier et août 2011, l’action de Facebook grimpe à une vitesse incroyable.

Souvent raillé par la presse américaine pour ses mauvais investissements, le célèbre chanteur Bono semble avoir eu le nez creux en investissant dans Facebook 210 millions de dollars en novembre 2009. Moins de deux ans plus tard, ses parts dans le réseau social s’élèvent à près d’un milliard, soit plus de quatre fois et demi sa mise de départ !

En y regardant de plus près, les investissements massifs dans les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter laissent apparaitre le spectre d’une bulle spéculative prête à exploser à tout moment. Les sommes investies sont complètement en décalage avec le chiffre d’affaire généré par Facebook et avec la véritable audience du site.

Pour comprendre ce décalage, il faut savoir que le modèle économique de Facebook repose essentiellement sur la publicité ciblée. Les réseaux sociaux vivent de la monétisation de leur audience et pour attirer les annonceurs, ils n’hésitent pas à gonfler artificiellement le nombre d’utilisateurs. Ainsi, les chiffres communiqués par Facebook concernant le nombre d’inscrits sont très loin de la réalité et parfois même complètement surréalistes. En 2009, Facebook revendiquait plus d’inscrits que d’habitants dans certaines villes telles que Bordeaux, Rennes ou Lyon et presque autant pour la région parisienne. Et nombre de médias établissent ou reprennent des statistiques grotesques. Selon CheckFacebook.com ou encore SocialBakers.com, la France compterait près de 22,5 millions d’inscrits. Comparés aux 38,2 millions d’internautes que compte notre pays (statistiques de Médiamétrie datant de février 2011), le ratio est ridiculement élevé ! Au final, il est très difficile de savoir combien d’utilisateurs actifs compte Facebook.

Si l’on en croit la banque d’investissement Goldman Sachs, actionnaire de Facebook, le bénéfice net du réseau social pour les 9 premiers mois de 2010 s’élèverait à près de 355 millions de dollars. Un chiffre difficile à vérifier car si Facebook devrait entrer en bourse en automne 2012, il a jusqu’à présent tout fait pour ne pas y entrer. En usant de montages financiers pour éviter de dépasser les 500 actionnaires, nombre qui l’obligerait à entrer en bourse, Facebook continue à vivre dans le secret total. Aurait-il des résultats à cacher ?

Enfin, n’oublions pas Google+ qui depuis le 28 juin 2011, date de son lancement, voit son nombre d’utilisateurs exploser. Au grand détriment de Facebook ? Probablement, car Google est prêt à jouer sur le même terrain que Facebook, pour devenir son grand rival.